Accéder au contenu principal

Un bon évangélique ?

Parfois, j'ai l'impression de ne pas être un bon évangélique... Je ne me reconnais pas dans certaines prises de positions, dans ce que je lis régulièrement sur les réseaux sociaux de la part d'évangéliques… Et je ne parle même pas de l'image qu'en renvoient les médias (même si c'est mieux qu'il y a quelques années) !

Je suis aussi mal à l'aise avec ce qui est souvent mis en avant aujourd'hui comme marqueurs évangéliques, comme les questions d'éthique sexuelle et familiale, ou l’exégèse de certains textes bibliques particuliers (les premiers chapitres de la Genèse, ceux qui parlent de la place et du rôle des femmes...). Comme si être évangélique aujourd'hui, c'est être anti-avortement, anti-mariage homosexuel, anti-évolutionnisme et anti-féminisme. Essentiellement réactionnaire, donc... Je ne développerai pas ici ces questions mais cela mériterait, et c'est un euphémisme, quelques nuances ! En tout cas, je refuse de les considérer comme des marqueurs évangéliques.

Je me méfie aussi des sous-entendus derrière l'usage du terme évangélique, comme s'il s'agissait d'un label de fidélité, une sorte d'AOC spirituelle qui garantit la conversion authentique et l'orthodoxie doctrinale !

Pour autant, je reste attaché à cette grande famille protestante que sont les évangéliques, et à laquelle je continue à me rattacher. C'est un repère... que j'aimerais quand même essayer de définir à ma façon.

Je préciserai d'abord que pour moi, être évangélique, c'est être protestant. Ce qui ne signifie pas, évidemment, que je ne reconnais pas comme frère les croyants d'autres confessions chrétiennes ! Mais les évangéliques ne constituent pas une confession chrétienne au même titre que les catholiques, les orthodoxes ou les protestants. C'est une famille du protestantisme, une de ses composantes dès son origine. Dire cela permet de rattacher mon identité de protestant évangélique à une histoire. Je récuse le raccourci selon lequel un évangélique se rattacherait exclusivement et directement à la Bible. En tant qu'évangélique, je suis au bénéfice d'un héritage présent dès la Réforme puis dans les Réveils successifs qui ont marqué l'histoire du protestantisme.

Pour moi, être évangélique, c'est avoir une foi personnelle en Jésus-Christ. Une foi centrée sur la personne de Jésus-Christ, fondée sur une rencontre avec le Christ vivant. C'est être convaincu non seulement de l'existence de Dieu mais de son amour pour nous, manifesté pleinement en Jésus-Christ et déversé en nous par le Saint-Esprit. Et choisir, librement et consciemment, de le suivre.

Pour moi, être évangélique, c'est avoir un rapport confiant à la Bible. Ça ne veut pas dire avoir une lecture naïve ou exclusivement littérale ! C'est considérer la Bible comme un livre fiable dans ce qu'il dit, y trouver le moyen privilégié pour Dieu de nous parler, la lire comme la Parole de Dieu, donnée pour les humains, à travers les humains. Mais c'est une Parole qui s'adresse aussi à mon intelligence et qui nécessite une étude sérieuse pour la comprendre et ne pas en tordre le sens.

Alors peut-être que certains non-évangéliques se reconnaîtront dans ma compréhension de l'évangélisme. Tant mieux ! Je n'ai pas envie d'une identité évangélique fermée ! Être évangélique ou pas, ce n'est pas le plus important. Le plus important, c'est de connaître Jésus-Christ ! N'est-ce pas là, d'ailleurs, le cœur de l’Évangile ?

Commentaires

  1. Merci Vincent, de recentrer la définition des évangéliques sur Jésus-Christ notre Sauveur et Seigneur ! C'est effectivement l'essentiel, au delà des débats théologiques ou sociétaux du moment. On a parfois tendance à l'oublier. Il faut dire que ce n'est pas très porteur pour les media qui cherchent toujours à simplifier jusqu'à la caricature.
    Ceci étant, il est naturel que nous exprimions notre opinion sur les sujets de société. On veut nous marginaliser et bâillonner notre voix au prétexte que nous voudrions "imposer" notre vision chrétienne du monde. C'est oublier que la loi de 1905 nous autorise à nous exprimer (non, la foi n'est pas un sujet tabou que l'on doit garder pour soi ou dans des cercles restreints - voir les excellents petits livrets édités par le CNEF : « Libres de le dire... »). De plus, n'en déplaise à certains, nous sommes citoyens et même électeurs ! Donc, exprimons-nous, même si certains nous qualifient de réactionnaires !
    Comme tu le dis, nous tombons parfois (souvent?) dans le piège du cliché qui nous est tendu. J'ai entendu quelqu'un dire « Je ne comprends pas qu'un chrétien puisse ne pas être de gauche ! ». D'autres diraient le contraire (cf. les articles de certains sites évangéliques dans le cadre des dernières élections présidentielles). Comment sortir de l'ornière et faire valoir une voix nuancée, indépendante, soucieuse de fidélité à l'évangile et ouverte à notre prochain ? C'est un énorme défi. Je te remercie pour la contribution que tu cherches à y apporter grâce à ton blog !
    Luc-Henri

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

A propos de l'avis du CCNE sur la PMA

Sans surprise, le comité consultatif national d'éthique (CCNE) a donné un avis favorable à l'accès de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, y compris pour les couples de femmes et les femmes célibataires. Depuis l'adoption du mariage pour tous, on ne voit pas comment les choses pouvaient aller autrement... Et les anti-mariage pour tous ont vite fait de ressortir les vieux slogans : autoriser la PMA pour toutes, c'est le premier pas vers l'autorisation de la gestation pour autrui (GPA) ! Sauf que ce n'est pas l'avis du CCNE...

En effet, le comité émet un avis nuancé. Même sur la PMA, il y a eu des débats internes et la décision ne s'est pas faite à l'unanimité (environ un tiers du comité y était opposé). L'avis du CCNE est aussi assorti de « points de butée » dont il faut tenir compte, comme les conséquences pour l'enfant ou le risque de marchandisation accrue. Il suggère même de tenir compte de la situation différe…

Le retour de mes blog-notes...

J'avoue avoir été un peu piqué au vif par l'article de Serge Carrel sur le site de la FREE, chez nos voisins suisses romands : "A quand une présence plus marquée des Eglises évangéliques françaises sur le web ?". D'autant qu'il m'interpelle directement... J'avais bien publié quelques billets, appelés "blog-notes", sur PLVmagazine, le webzine de l'UEEL aujourd'hui inactif. Mais depuis plusieurs mois, plus rien...

Pourtant, ce n'est pas l'envie qui me manquait (le temps, peut-être...). Il faut dire que je me suis astreint à un devoir de réserve (à cause de mes fonctions pastorale et de président de la commission synodale de l'UEEL) pendant la période des présidentielles. Mais j'étais atterré, voire scandalisé, par les propos tenus par certains blogueurs, "journalistes" ou simples internautes évangéliques : des propos outranciers, voire délirants, notamment à propos d'Emmanuel Macron perçu comme l'anti…

Confession d'un cyber-prédicateur

Je le confesse, ça fait pas mal d'années que je mets mes prédications en ligne sur Internet... et j'aime bien ça ! Au début, je le faisais de temps en temps. Maintenant, je le fais systématiquement. J'ai même créé un blog spécifique où je les poste, en version audio et écrite (www.predicationsdevincent.blogspot.com : allez y faire un tour...) et elles sont aussi sur le site de l’Église évangélique libre de Toulouse, où je suis pasteur. Par ailleurs, je les partage systématiquement sur les réseaux sociaux. Et en mode public, en plus !

Je me demande, du coup, si cette pratique de cyber-prédicateur a fait évoluer ma prédication. C'est possible... Je sais bien que n'importe qui peut y tomber dessus sur Internet... et je trouve ça très bien ! C'est même une chance incroyable ! De toute façon, une église est un lieu public. Et particulièrement dans une grande ville, je ne connais pas forcément toutes les personnes qui y sont présentes pour entendre ma prédication le…

Conversion écologique ?

Le mois de septembre est le mois de la sauvegarde de la Création. Depuis quelques années, le 1er septembre est décrété journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création, une initiative oecuménique à laquelle participent orthodoxes, catholiques et protestants. Cette année, le 16 septembre verra en plus en France être lancé officiellement un « label Eglise verte » (www.egliseverte.org). Martin Kopp, coordinateur du groupe climat à la Fédération Protestante de France, explique la démarche dans une interview parue dans le journal La Croix le 6 août dernier :

D’abord, on établit en ligne son « éco-diagnostic » par le biais d’un questionnaire à choix multiples qui couvre cinq thèmes : les célébrations et la catéchèse, les bâtiments, les terrains éventuels de la paroisse, l’engagement communautaire et global et les styles de vie des individus. En fonction du résultat, l’Église situe son niveau dans « la conversion écologique ».
Conversion. Le mot est lâché ! Dans les Eglises évang…