Accéder au contenu principal

Conversion écologique ?

Le mois de septembre est le mois de la sauvegarde de la Création. Depuis quelques années, le 1er septembre est décrété journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création, une initiative oecuménique à laquelle participent orthodoxes, catholiques et protestants. Cette année, le 16 septembre verra en plus en France être lancé officiellement un « label Eglise verte » (www.egliseverte.org). Martin Kopp, coordinateur du groupe climat à la Fédération Protestante de France, explique la démarche dans une interview parue dans le journal La Croix le 6 août dernier :

D’abord, on établit en ligne son « éco-diagnostic » par le biais d’un questionnaire à choix multiples qui couvre cinq thèmes : les célébrations et la catéchèse, les bâtiments, les terrains éventuels de la paroisse, l’engagement communautaire et global et les styles de vie des individus. En fonction du résultat, l’Église situe son niveau dans « la conversion écologique ».

Conversion. Le mot est lâché ! Dans les Eglises évangéliques, on a l'habitude de réserver le terme de conversion au moment décisif, au début de sa vie chrétienne, où le croyant choisi de suivre le Christ. Ce qui n'empêche pas d'ailleurs un certain nombre de chrétiens évangéliques de se convertir plusieurs fois, estimant à chaque fois que la conversion précédente n'en était pas vraiment une... Nos amis catholiques ont l'habitude d'associer la conversion à l'ensemble de la vie du chrétien et parlent même souvent de conversion permanente. Mais parler, pour une Eglise, de conversion écologique peut paraître surprenant.

Dans un sens profane, le mot conversion évoque simplement un changement, une évolution dans la pensée ou la pratique. Mais le terme est beaucoup plus connoté en contexte chrétien. La conversion, dans la Bible, implique une repentance, un changement de cœur, un changement de vie.

Alors il ne s'agit pas, bien-sûr, de se convertir à l'écologie comme on se convertit à Jésus-Christ ! Il peut, certes, y avoir, dans certaines démarches écologiques extrêmes, un relent de paganisme qui remplace le retour à Dieu par le retour à la nature, et certaines pensées à la mode (comme l'antispécisme...) vont parfois dans ce sens. Mais il y a bien un réel changement en profondeur à vivre, y compris pour les chrétiens. Nous qui proclamons depuis toujours la gloire du Dieu Créateur, nous sommes aussi happés par la fuite en avant de nos sociétés occidentales de consommation, qui met en péril l'équilibre de la nature. C'est vrai dans notre mode de vie individuel. Ça l'est aussi pour le mode de vie de nos Eglises ! Le site Internet www.egliseverte.org promet de fournir des fiches techniques et des conseils pratiques pour permettre aux Eglises de progresser dans ce domaine. L'idée me paraît excellente.

C'est sûr, quand il sera en ligne, je ferai le test pour avoir l'éco-diagnostic de mon Eglise. Et je pense qu'il y aura du boulot... Alors vive le label "Eglise verte" !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

A propos de l'avis du CCNE sur la PMA

Sans surprise, le comité consultatif national d'éthique (CCNE) a donné un avis favorable à l'accès de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, y compris pour les couples de femmes et les femmes célibataires. Depuis l'adoption du mariage pour tous, on ne voit pas comment les choses pouvaient aller autrement... Et les anti-mariage pour tous ont vite fait de ressortir les vieux slogans : autoriser la PMA pour toutes, c'est le premier pas vers l'autorisation de la gestation pour autrui (GPA) ! Sauf que ce n'est pas l'avis du CCNE...

En effet, le comité émet un avis nuancé. Même sur la PMA, il y a eu des débats internes et la décision ne s'est pas faite à l'unanimité (environ un tiers du comité y était opposé). L'avis du CCNE est aussi assorti de « points de butée » dont il faut tenir compte, comme les conséquences pour l'enfant ou le risque de marchandisation accrue. Il suggère même de tenir compte de la situation différe…

Un bon évangélique ?

Parfois, j'ai l'impression de ne pas être un bon évangélique... Je ne me reconnais pas dans certaines prises de positions, dans ce que je lis régulièrement sur les réseaux sociaux de la part d'évangéliques… Et je ne parle même pas de l'image qu'en renvoient les médias (même si c'est mieux qu'il y a quelques années) !

Je suis aussi mal à l'aise avec ce qui est souvent mis en avant aujourd'hui comme marqueurs évangéliques, comme les questions d'éthique sexuelle et familiale, ou l’exégèse de certains textes bibliques particuliers (les premiers chapitres de la Genèse, ceux qui parlent de la place et du rôle des femmes...). Comme si être évangélique aujourd'hui, c'est être anti-avortement, anti-mariage homosexuel, anti-évolutionnisme et anti-féminisme. Essentiellement réactionnaire, donc... Je ne développerai pas ici ces questions mais cela mériterait, et c'est un euphémisme, quelques nuances ! En tout cas, je refuse de les considérer co…

Le retour de mes blog-notes...

J'avoue avoir été un peu piqué au vif par l'article de Serge Carrel sur le site de la FREE, chez nos voisins suisses romands : "A quand une présence plus marquée des Eglises évangéliques françaises sur le web ?". D'autant qu'il m'interpelle directement... J'avais bien publié quelques billets, appelés "blog-notes", sur PLVmagazine, le webzine de l'UEEL aujourd'hui inactif. Mais depuis plusieurs mois, plus rien...

Pourtant, ce n'est pas l'envie qui me manquait (le temps, peut-être...). Il faut dire que je me suis astreint à un devoir de réserve (à cause de mes fonctions pastorale et de président de la commission synodale de l'UEEL) pendant la période des présidentielles. Mais j'étais atterré, voire scandalisé, par les propos tenus par certains blogueurs, "journalistes" ou simples internautes évangéliques : des propos outranciers, voire délirants, notamment à propos d'Emmanuel Macron perçu comme l'anti…

Confession d'un cyber-prédicateur

Je le confesse, ça fait pas mal d'années que je mets mes prédications en ligne sur Internet... et j'aime bien ça ! Au début, je le faisais de temps en temps. Maintenant, je le fais systématiquement. J'ai même créé un blog spécifique où je les poste, en version audio et écrite (www.predicationsdevincent.blogspot.com : allez y faire un tour...) et elles sont aussi sur le site de l’Église évangélique libre de Toulouse, où je suis pasteur. Par ailleurs, je les partage systématiquement sur les réseaux sociaux. Et en mode public, en plus !

Je me demande, du coup, si cette pratique de cyber-prédicateur a fait évoluer ma prédication. C'est possible... Je sais bien que n'importe qui peut y tomber dessus sur Internet... et je trouve ça très bien ! C'est même une chance incroyable ! De toute façon, une église est un lieu public. Et particulièrement dans une grande ville, je ne connais pas forcément toutes les personnes qui y sont présentes pour entendre ma prédication le…